Médiation scientifique

“Vulgarisation scientifique”, “diffusion des sciences”, “culture scientifique”… il est facile de se perdre dans le vaste lexique qui comprend ce domaine au sein de ce que les anglophones nomment “science communication” ou communication des sciences. Si pour les sciences de l’information et de la communication (SIC) ces différents termes ne dénotent pas des mêmes pratiques communicationnelles, il n’est pas rare de les voir mobilisés comme des mots interchangeables et des quasi synonymes selon les usages du moment. En effet, comme dans de nombreux terrains de recherche, la définition de termes, au delà de l’exercice scientifique de la conceptualisation, reflète le moment socio-historique dans lequel les cherches prennent place.

Le terme de “vulgarisation” est depuis le XIXème siècle régulièrement utilisé pour nommer la pratique d’informer et faire parvenir à des publics autres que scientifiques les résultats de la recherche et les notions du terrain des sciences (Bensaude-Vincent, 20101). L’usage de ce terme est courant durant le XXème siècle mais est depuis progressivement abandonné. En effet, d’une part, il dénote d’une part une conception trop verticale de la relation chercheur-citoyen. D’autre part, la proximité avec l’adjectif “vulgaire”, avec lequel il partage la racine, contribue à cette charge symbolique lourdement lestée. Ainsi, Andrée Bergeron2 liste des nombreux termes qui ont été suggérés après 1945 dans l’objectif de le remplacer :

  • « propagande » dans l’immédiate après-guerre,
  • « information scientifique » durant les années 1960,
  • « communication scientifique » durant les années 1970-1980,
  • (diffusion ou promotion de la) « culture scientifique » durant les années 1980-1990
  • et désormais « médiation des sciences ».
(Bergeron, 2016)

Ceci n’est pas une simple question de mots. Comme le fait remarquer Bernadette Bensaude-Vincent (2010) : “cette évolution lexicale est le symptôme de changements assez radicaux dans les rapports entre science et société” et le terme de médiation scientifique ou médiation des sciences, qui semble prendre le dessous au XXIème siècle, en dit long sur ces rapports.

La médiation scientifique : un métier et un ensemble de pratiques

D’après Olivier Las Vergnas3 (2016), le terme de “médiation scientifique” commence à être davantage mobilisé dans le milieu non seulement institutionnel mais aussi scientifique, à partir de la nécessité de mieux définir la figure du “médiateur scientifique”. Selon l’auteur, cette figure, qui fait écho à celle du médiateur culturel4, serait celle du professionnel dont les compétences “amalgameraient plusieurs anciennes figures professionnelles liées à la vulgarisation, l’animation socio-culturelle, mais aussi à la communication scientifique et technologique, au partage des savoirs voire à la formation et à l’expression professionnelle”. Ainsi, continue l’auteur, dans le champs de “l’action culturelle liée aux sciences et à la technologie, les vulgarisateurs revêtaient (…) une figure de médiateurs scientifiques” (Las Vergnas, 2016 p. 2).

la sémantique de la « médiation » sous-entend le projet de gérer et réduire deux fossés, (…) tous deux obstacles au « partage des savoirs », l’un lié à la fracture épistémologique (…), et l’autre à une défiance inspirée par la construction de l’édifice des « technosciences » triomphantes, sacralisant le progrès à tout crin. Loin d’être incompatibles, ces deux approches semblent complémentaires, avec d’un côté une médiation « didactique » qui développe l’apprentissage et l’appropriation de savoirs et de l’autre une médiation « idéologique » qui s’intéresse aux valeurs et au dialogue entre opinions profanes et intérêts des maitrises d’ouvrages technoscientifiques.

(Las Vergnas, 2016 p.1)

La médiation scientifique et les Sciences de l’Information et de la Communication

Lorsque terme “médiation scientifique” est investi comme un terrain de recherche par les SIC, il s’avère particulièrement intéressant. Aussi, bien que le recours au terme “médiation” puisse être pris comme potentiellement évocateur d’un détachement entre les sciences et la société dans laquelle elle s’insère, il permet de mettre en évidence l’importance de la construction discursive. Autrement dit, le fait qu’il existe un travail d’adaptation du message à un dispositif qui permet la transmission des savoirs ou informations. Ainsi, étudier la médiation scientifique sous une perspective communicationnelle invite à penser aux manières de construire, diffuser et donner à voir des discours des sciences au reste de la société.


Pour aller plus loin

Références

  1. Bensaude-Vincent, Bernadette. « Splendeur et décadence de la vulgarisation scientifique », Questions de communication, 17, 2010 ↩︎
  2. Bergeron, Andrée. « Médiation scientifique », Arts et Savoirs [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 06 décembre 2016. URL : http://journals.openedition.org/aes/876 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aes.876 ↩︎
  3. Las Vergnas, Olivier. De la médiation scientifique aux sciences dans la société, 30 ans d’ambiguïtés
    de l’action culturelle scientifique. Fanny Serain, François Vaysse, Patrice Chazottes et Elizabeth
    Caillet. La médiation culturelle : cinquième roue du carrosse, L’Harmattan, pp.177-187, 2016, Disponible sur : 978-2-343-07814-4. ffhal-01381893 ↩︎
  4. Plus sur la figure du médiateur culturel dans les institutions muséales, dont les centres de culture scientifique et technique et les musées dits « de société », sur Bordeaux, Marie-Christine; Caillet, Élisabeth « La médiation culturelle : Pratiques et enjeux théoriques », Culture & Musées [En ligne], Hors-série | 2013, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 12 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/749 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.749 ↩︎

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claudia Adrianzen (24 juin 2024). Médiation scientifique. Science4all. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://science4all.hypotheses.org/2955


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search